BURUNDI~Magazine

A Positive View of BURUNDI: Le MAGAZINE le plus visité de l'Afrique

Jérémie Minani( R.D.B) devant certains membres du Parlement Européen: Quelle seront vos principales priorités immédiates en tant que Président de la République?

MINANI Jérémie, Président du Rassemblement des Démocrates Burundais et candidat aux élections présidentielles de 2015

MINANI Jérémie, Président du Rassemblement des Démocrates Burundais et candidat aux élections présidentielles de 2015

Jérémie Minani, Président du « Rassemblement des Démocrates Burundais » ( R.D.B en Sigle) rencontre certains membres du Parlement Européen au mois d’Octobre 2013 pour leur parler de son projet de société qu’il va proposer au peuple burundais dans les présidentielles de 2015.

Le Burundi-Magazine vous propose en intégralité les échanges en haute température (question-réponse ) de Jérémie Minani, dans son costume de Politicien burundais aux mains propres et certains membres du Parlement Européen.

Suivez:

Quelles seront vos principales priorités immédiates en tant que Président de la République?

Jérémie Minani:

 Je vais vous répondre par quelques questions qui vont peut-être vous choquer :

Saviez-vous que le passeport burundais est l’un des passeports les plus chers au monde? Saviez-vous que les appels internationaux vers le Burundi se classent parmi les plus chers au monde ?

Saviez-vous que les prix des produits de première  nécessité ont augmenté de 300% à 1000% les 8 dernières années ?

Saviez-vous que le Burundi se classent parmi les pays  10 pays les plus pauvres, les plus corrompus et les plus touchés par la faim dans le monde ?

Saviez-vous que plus de 90% de la population burundaise n’a pas de couverture de santé ?

Saviez-vous que  plus de 90% de la population burundaise a été et reste éloignée de la scolarisation ?

Saviez-vous que plus de 99% de la population burundaise vit en dessous du seuil de pauvreté, mangeant à peine une fois par jour, alors que les détenteurs du pouvoir burundais vivent dans une opulence de loin supérieure à celle de la bourgeoisie occidentale ?

Mes principales priorités immédiates en tant que Président de la République tourneront donc au tour de l’idée de libérer la masse populaire burundaise de cette position de servage dans laquelle elle se trouve depuis plus de 5 décennies.

Les responsables  de cette situation sont les politiques injustes et inefficaces appliquées après la mort de notre héro RWAGASORE Louis et accommodées actuellement par le CNDD-FDD.

Ce  sont ces politiques injustes, inefficaces et inhumaines, menées depuis 1962, qui  favorisent la mauvaise gouvernance anti-démocratique, la corruption et les malversations économiques ainsi que les violations des droits fondamentaux des citoyens.

Toutes les lois mises en place depuis 1962 sont conçues de manière à protéger et procurer le bonheur et l’opulence extrême aux détenteurs du pouvoir tout en maintenant la masse populaire dans une position de servage.

La stratégie utilisée est simple: éloigner la masse populaire de la scolarisation tout en enfermant les citoyens dans le mensonge de l’ethnie afin qu’ils restent divisés et ignorants des réalités sociales et, ce faisant, qu’ils deviennent  facilement exploitables.

Vous comprenez que toutes ces politiques ne peuvent pas être éradiquées par ceux-là même qui les ont conçues ou qui les accommodent. Il faut une alliance de burundais aux mains propres, de toutes les couches sociales,  qui s’engagent corps et âme dans la lutte pour un vrai changement sans compter à priori sur les avantages matériels qu’ils vont obtenir afin de faire table rase de ces politiques injustes, inefficaces, divisionnistes et discriminatoires pratiquées au Burundi depuis plus de 5 décennies. C’est cette alliance que le Rassemblement des démocrates Burundais est en train  de construire.

La stratégie du Rassemblement des Démocrates Burundais est donc de faire  de table rase de ces politiques injustes et inefficaces en commençant par une réécrire notre Constitution pour la rendre un instrument de liberté pour tous les Burundais. Cela passe par  l’instauration d’un véritable régime présidentiel qui consacre  séparation stricte des pouvoirs et une garantie des droits fondamentaux des citoyens, ce qui nous permettra d’enterrer la tyrannie une fois pour toute.

Notre  programme électorale vise à élargir les libertés publiques, à défendre la liberté absolue de la presse, de réunions et d’association, à défendre l’instruction primaire et secondaire gratuite et obligatoire, à instaurer le principe de soins de santé universels ainsi que l’équilibre budgétaire à travers l’éradication de la corruption et des malversations économiques ainsi que l’évaluation de notre budget ligne par ligne pour supprimer toutes les institutions  et programmes inutiles comme le sénat, ce qui est un élément extrêmement central dans la maîtrise des dépenses de l’Etat aboutissant à un équilibre budgétaire, à la création des emplois, à la croissance économique et à l’indépendance économique.

Ce que les autorités burundaises ne comprennent pas et ne semblent même pas saisir, c’est  que  la bonne gouvernance  ne peut  pas exister sans  un système budgétaire responsable et transparent, une chose inimaginable dans un pays  avec un gouvernement trop large qui ruine toujours les finances publiques en dépensant plus et en redirigeant une bonne partie du budget de l’Etat dans le financement de l’opulence extrême des détenteurs du pouvoir.

Avec un milliard trois cent millions de dollars de budget annuel, notre déficit est d’au moins 50%, déficit qui est supposé être financé par les fameux dons et aides extérieurs. Or ces 50% représente la part du budget allouée aux institutions et programmes inutiles comme le Sénat, la deuxième vice-présidence, la Cour des comptes, la Cour anti-corruption, une dizaine de ministères, l’institution de l’ombudsman, une multitude de commissions pour ne citer que ceux-ci, toutes ces institutions ayant été créées dans le seul but de remplir de l’argent les poches des détenteurs du pouvoir. A cela s’ajoute la corruption et le train de vie de ces détenteurs du pouvoir qui trop élevé.

Avec l’élimination de ces programmes et institutions inutiles, la réduction du train de vie de nos dirigeants, une politique d’éradication de la corruption et des malversations économiques, nous pouvons économiser plus de 60% de notre budget annuel, ce qui nous amènera à un budget équilibré sans avoir à bénéficier des dons aides conçus pour creuser le déficit de notre balance commerciale, accélérer notre endettement, donc nous maintenir dans une position de dépendance économique pour toujours.

L’autre priorité pour moi sera de prévoir le Burundi de demain pour me rassurer qu’il ne ressemble pas au Burundi d’aujourd’hui ou au Burundi des 5 dernières décennies.

Saviez-vous que  le Burundi se trouve au moins 1000 ans en arrière si vous le comparez par exemple aux pays européens ?

Regarder ici en Belgique par exemple, vous n’avez aucune matière première dans votre sous-sol, ce qui est d’ailleurs le cas de la majorité des pays européens, et pourtant vous êtes un pays développé, vous financez même les économies de beaucoup de pays dont le grand Congo-RDC alors que la majorité des pays africains qui regorgent des richesses inestimables dans leurs sous-sols, sont des pays pauvres incapables même de nourrir  leurs populations.

Je refuse d’accepter que le Burundi est un pays pauvre dont le peuple doit vivre dans une pauvreté extrême. Je refuse aussi d’accepter que le Burundi doit vivre des dons et aides extérieures.

C’est peut-être difficile à comprendre mais la stratégie utilisé par les pays dits «  développés » est pourtant très simple:

Ils ont une stabilité sociopolitique, la gestion de chose publique se fait d’une façon optimale et  l’Etat gère ses missions régaliennes d’une façon responsable. Tout cela favorise les investissements et la création des emplois par le secteur privé, ce qui permet à l’Etat de perception plus d’impôts et taxes qu’il utilise par la suite  pour assurer l’exécution des travaux d’intérêt général. C’est ce schéma que le Rassemblement des Démocrates Burundais veut suivre pour développer le Burundi.

Actuellement, la grande majorité des recettes de l’Etat burundais finance l’opulence extrême des détenteurs du pouvoir et,  pour exécuter les travaux d’intérêt général, l’Etat force la population à faire les travaux dits «communautaires » qui n’ont rien de différent à ceux du colonisateur blanc. Or en payant ses impôts et taxes, les citoyens ordinaires sont censés financés l’exécution de ces travaux communautaires. Si par la suite on demande à ces citoyens ordinaires de faire eux-mêmes ces travaux, qu’est-ce que cela signifie ? où se dirige alors ces impôts et taxes ?

C’est donc parce que le Burundi est mal gouverné, qu’il est pauvre. C’est d’ailleurs la réalité de ce monde que vous avez malicieusement baptisé « tiers-monde ».

 

  Etes-vous vraiment capable de vaincre le CNDD-FDD, un parti pourtant fort et vraissemblablement très populaire au Burundi?

Jérémie Minani: 

La force du CNDD-FDD réside dans la faiblesse de l’opposition à travers son incapacité à prouver qu’il peut être une alternative crédible au CNDD-FDD.

Allez-vous faire alliance avec les autres partis d’opposition pour présenter une candidature unique capable de faire échec au CNDD-FDD ?

Jérémie Minani:

Il ne suffit pas de faire alliance avec l’opposition pour  faire échec  au CNDD-FDD, il faut plutôt parvenir à gouverner différemment du CNDD-FDD. Certains opposants au régime de Bujumbura  aiment jouer la carte de  la confusion en affirmant que le CNDD-FDD est le seul responsable de la situation catastrophique que connait le Burundi.

Je ne suis pas d’accord.

Le CNDD-FDD a hérité d’un Burundi en ruine, corrompu et gangrené par des divisions internes, résultat des politiques injustes, inefficaces, divisionnistes et discriminatoires pratiquées au Burundi depuis plus de 5 décennies.

N’oubliez pas surtout que   certains de ces partis d’opposition, sinon les meilleurs, sont peuplés par le personnel politique  des anciens régimes qui ont mis en place ces politiques injustes, inefficaces, divisionnistes et discriminatoires exploitées actuellement par le CNDD-FDD pour servir des intérêts personnels.

Certains de ces partis d’oppositions s’inscrivent donc  dans la continuité des mêmes politiques injustes et inefficaces qui  n’ont jamais fonctionnées. C’est pour cette raison que l’on trouve nulle part dans leur message, une politique qui peut rassurer les burundais que ces partis gouverneraient différemment du CNDD-FDD.

De mon avis, la mauvaise gouvernance dans notre pays  ne peut pas être résolue par les mêmes personnes et les mêmes politiques qui l’ont mise en place ou qui l’accommode. Ils nous font des citoyens aux mains propres pour réaliser un vrai changement pour le mieux, c’est la raison d’être du Rassemblement des Démocrates Burundais.

C’est qui me pousse à affirmer que remplacer le CNDD-FDD ne suffit pas, le Rassemblement des Démocrates Burundais veut  plutôt s’attaquer aux fondements du système politique burundais qui sont tels que la volonté des détenteurs du pouvoir s’identifie à la volonté divine au grand mépris d’un peuple souverain mais dépourvu de tout moyen de demander des comptes à ses dirigeants.

L’exploitation et l’humiliation de la masse populaire par la bourgeoisie d’affaire qui gouverne, voilà la honte à notre grande Nation ; une honte qui est non seulement à la solde du parti au pouvoir actuel et ses alliés mais aussi à la majorité des partis d’opposition qui ont mis en place ce système.

 

Retrouvez l’addresse du Rassemblement des Democrates Burundais.

Rassemblement des Démocrates Burundais, R.D.B en Sigle

Jérémie Minani, President, Candidat à l’élection présidentielle de 2015

B.P 1465 BUJUMBURA-BURUNDI

Tel : +257 79 954 458 (Burundi)

E-mail: rdbdemocrates@gmail.com

Site web:

www.lepartidemocrate.com

www.pdemocrate.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 octobre 2013 par dans Politics.

Editorial line

1. Who we are?

Burundi-Magazine is an informative and analytic site created by young Burundian intellectuals and published exclusively online.

Burundi-Magazine is a forum of youth and Burundi intellectuals from political realms, academia, civil society, religious denominations, businesses and various professions.

2. Vision :

" LE BURUNDI PAISIBLE ET PROSPERE"
" THE PEACEFUL AND PROSPEROUS BURUNDI"

3. The Motto

The motto of Burundi-Magazine is inspired by the Outlook of Prince Louis
Rwagasore, the hero of Burundi Independance, who was given a noble goal:
"The performance of a difficult but exciting: “a peaceful, happy and prosperous Burundi “.

4. Mission

Burundi-Magazine will therefore strive to promote the values
Of peace, unity, solidarity, integrity, good governance practices, leadership and entrepreneurship through its sharpened pen.

Burundi Magazine on twitter

%d blogueurs aiment cette page :